Stage – étude bilan des freins et leviers au recyclage des biomasses résiduelles du territoire Guadeloupéen et état des lieux des gisements


Stage – étude bilan des freins et leviers au recyclage des biomasses résiduelles du territoire Guadeloupéen et état des lieux des gisements

Guadeloupe – INRAE

Contexte et objectifs

En Guadeloupe, la réduction et le recyclage des biomasses résiduelles du territoire deviennent un enjeu crucial pour le développement durable de l’île. La production de déchets organiques s’élèverait à environ 800 000 tonnes par an, et une grande partie de cette biomasse, en particulier celle issue des biodéchets urbains, n’est ni triée ni valorisée, ce qui va à l’encontre de la loi AGEC entrant en vigueur au 1er janvier 2024. Les sites d’enfouissement sont déjà presque saturés, et malgré la volonté des acteurs locaux d’améliorer la situation, le tri à la source des biodéchets est très peu développé. Pour améliorer la circularité de la gestion des biomasses dans une logique de développement de la bioéconomie sur l’île, l’INRAE Antilles Guyane a mis en place un projet ayant pour objectif de concevoir et d’évaluer des modèles de collecte, traitement et valorisation (CTV) de biomasses résiduelles adaptés au contexte social, économique, culturel et géographique de la Guadeloupe. À terme, le projet devrait permettre la création d’un outil d’aide à la décision (OAD) pour élaborer des trajectoires de transition bioéconomique vers une Guadeloupe plus durable et résiliente, permettant ainsi des arbitrages éclairés sur les usages des bioressources entre différentes finalités. Le stage interviendra au début de ce projet, ayant pour objectif de réaliser le diagnostic de la situation actuelle des biomasses résiduelles du territoire (BRTs) Guadeloupéen. Pour ce faire, il sera nécessaire de déterminer et caractériser quantitativement et qualitativement les gisements de biomasses résiduelles sur le territoire (biodéchets urbains, effluents élevage, co-produits industrie agro-alimentaires, déchets verts, etc.), ainsi que de réaliser un bilan des initiatives entreprises par les collectivités en matière de tri et de valorisation des BRTs. Il s’agira également, d’une part, de caractériser les gisements (localisation, volume, qualité) et les déterminants de leur collecte (acceptabilité du tri à la source, possibilité d’organisation des filières de collecte à petite échelle). Le diagnostic devra inclure la production d’une base de données sur les quantités de biodéchets produites et disponibles sur le territoire, un modèle conceptuel de la formation de chaque gisement, ainsi qu’un rapport sur les freins et opportunités liés à la collecte, à la transformation et à la valorisation des BRTs.

Nous aborderons cet objectif en utilisant trois méthodes :

  • Une synthèse des informations disponibles sur les biodéchets sur le territoire (données des collectivités, études passées, etc.)
  • Des entretiens semi-directifs avec différents acteurs clés du secteur tels que les collectivités, les municipalités, les observatoires régionaux (ORDEC) et les associations.
  • Une enquête auprès d’un échantillon de ménages pour les biodéchets.

Compétences développées

Master/Ingénieur (Bac+5)

Ingénieur ou titulaire d’un Master 2 en agronomie, économie de l’environnement ou gestion des déchets

  • Connaissances en économie circulaire et en gestion des déchets
  • Expérience(s) en enquêtes, entretiens et travail avec des acteurs des territoires
  • Qualités relationnelles (nombreuses prises de contacts)
  • Esprit de synthèse, autonomie, sens de la rigueur et capacité à travailler en équipe
  • Permis B, idéalement avec >2 ans d’expérience

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *